Prévention des allergies

Prevention-des-Allergies

PRÉVENTION : DE QUOI S’AGIT-IL ?

La fréquence des allergies a augmenté au cours des dernières décennies et elles constituent désormais l’une des maladies infantiles les plus courantes. Certains succès ont été obtenus dans le traitement des maladies allergiques. Cependant, la plupart des traitements ne sont capables que de prévenir les conséquences négatives d’une allergie et de supprimer les symptômes. Les traitements causaux, comme la thérapie de désensibilisation, sont coûteux et ne sont possibles que pour certaines allergies. Les mesures préventives pour éviter les allergies sont donc particulièrement importantes. De nombreux aspects de la prévention font actuellement l’objet de recherches intensives, certaines choses ne sont pas encore claires. Cependant, des mesures simples permettent d’obtenir beaucoup de résultats.

L’expérience a montré que certains allergènes sont particulièrement susceptibles de provoquer des maladies allergiques chez les nourrissons. Certains de ces allergènes peuvent au moins être réduits par des mesures simples. En outre, la petite enfance, en particulier la première année de vie, est formatrice pour le développement des allergies. Il est donc particulièrement judicieux d’introduire certains aliments avec un certain retard, car la plupart des allergies alimentaires de l’enfance se développent également au cours de la première année de vie ; les enfants plus âgés développent rarement de nouvelles allergies alimentaires.

QUELLES MESURES PRÉVENTIVES PROTÈGENT CONTRE LES ALLERGIES ?

Alimentation

Tous les enfants devraient être nourris au sein le plus longtemps possible. Cependant, certaines études récentes n’ont montré qu’un effet limité de l’allaitement maternel sur la prévention des allergies, mais comme le lait maternel est l’aliment optimal pour le nouveau-né pour de nombreuses autres raisons, l’allaitement maternel reste fortement recommandé.

Si l’allaitement n’est pas possible ou pas assez, des substituts de lait maternel peuvent être donnés. Pour les enfants présentant un risque accru d’allergies (c’est-à-dire si l’enfant a un ou deux parents au premier degré souffrant d’allergies), il convient d’utiliser des préparations spéciales de lait pour nourrissons (appelées préparations de lait HA ; HA = hypoallergénique), surtout pendant les 4 à 5 premiers mois. Des aliments supplémentaires (aliments complémentaires) devraient être introduits à partir de 5 à 6 mois. Un seul nouvel aliment doit être introduit dans le régime alimentaire de l’enfant par semaine.Si l’enfant réagit toujours de manière allergique, vous savez à quel aliment il est allergique et vous pouvez l’éviter.

Pour les enfants présentant un risque accru d’allergies, il est également conseillé d’éviter les aliments connus pour déclencher des allergies particulièrement fréquentes au cours de la première année de vie. Il s’agit principalement des produits laitiers, des œufs de poule et du poisson. Les aliments contenant des noix et des cacahuètes devraient même être évités pendant les trois premières années de vie. Si les antécédents familiaux d’allergies sont particulièrement forts, un conseil individuel peut être utile : selon la situation, il peut être judicieux d’éviter d’autres aliments pendant la première année de vie et de prendre d’autres mesures. Si aucune allergie n’est apparue, les aliments susmentionnés peuvent être donnés après la première année de vie : d’ici là, le système immunitaire et les intestins ont atteint une telle maturité qu’en règle générale, aucune nouvelle allergie alimentaire ne survient dans le système digestif.

Si, en revanche, des allergies surviennent au cours de la première année de vie malgré les mesures préventives, il est judicieux de consulter un spécialiste afin de déterminer la marche à suivre.

Acariens de la poussière de maison

Les acariens de la poussière de maison sont des allergènes particulièrement importants. Ils peuvent non seulement provoquer des allergies respiratoires telles que l’asthme et le rhume des foins, mais aussi aggraver la neurodermatite (dermatite atopique). Les acariens de la poussière de maison se développent le mieux dans les climats chauds et humides. Les mesures simples suivantes permettent de réduire les acariens de la poussière de maison.

Même en dehors des allergies, ces mesures contribuent à un environnement de vie sain pour les bébés :

Aérer 2 à 3 fois par jour. Aspirer 2 à 3 fois par semaine

Ne pas surchauffer les pièces ; surtout dans les chambres à coucher, une température ambiante de 18 degrés est suffisante.

Laver le linge de lit à 60 degrés – Un ou deux animaux en peluche seulement dans le lit de l’enfant (il existe des animaux en peluche qui peuvent être lavés à 60 degrés)

Fumer

Non seulement le tabagisme actif mais aussi le tabagisme passif endommagent les voies respiratoires. Les enfants qui doivent grandir dans un environnement où les gens fument souffrent plus souvent de maladies des voies respiratoires. L’irritation des voies respiratoires par la fumée de tabac contribue de manière décisive à la souffrance des enfants souffrant d’allergies. Par conséquent, pour le bien de vos enfants : arrêtez de fumer ou, au moins, ne fumez pas à la maison.

Environnement, animaux domestiques et allergies

Récemment, des études ont montré que les enfants de la ferme ont moins d’allergies que les enfants qui n’ont pas grandi dans une ferme ; de plus, des rapports ont montré que les enfants qui ont grandi avec deux ou plusieurs chats ou chiens au cours des premières années de leur vie ont moins d’allergies à l’âge scolaire que ceux qui n’ont pas d’animaux de compagnie. Cela a donné lieu à une grande confusion : faut-il recommander de garder des animaux de compagnie ?

Jusqu’à récemment, la recommandation catégorique pour les personnes allergiques était d’éviter les animaux de compagnie. Cela reste vrai si une personne est déjà allergique aux chats, par exemple. Il est moins évident de savoir s’il est judicieux d’éviter les animaux de compagnie à titre préventif si l’on attend une progéniture. Faut-il prendre un nouvel animal de compagnie s’il y a un bébé à la maison ? Nous le déconseillons toujours.

La question de savoir s’il faut donner un animal de compagnie qui fait partie de la famille depuis de nombreuses années pour éviter le développement d’une allergie lorsqu’une famille a un nouveau bébé doit être discutée individuellement. Les facteurs exacts qui font que les enfants d’agriculteurs souffrent moins d’allergies que leurs compagnons font encore l’objet de recherches. Il est à espérer qu’il sera possible d’apprendre comment les enfants qui ne grandissent pas dans une ferme peuvent également être protégés des allergies.
Prevention-des-Allergies-Picture-2-1

Vaccination et allergies

On part souvent du principe que les vaccins favorisent le développement des allergies. Plusieurs grandes études ont montré que ce n’est pas le cas. En Finlande, par exemple, on a constaté que les adultes qui avaient été vaccinés contre la rougeole dans leur enfance souffraient moins d’allergies que ceux qui n’avaient pas été vaccinés et qui avaient dû subir la maladie de la rougeole. Les vaccins contre les maladies infantiles n’augmentent pas le risque d’allergies !

Autres mesures

Les mesures mentionnées ci-dessus sont simples et efficaces. Elles s’adressent principalement aux nourrissons en bonne santé qui présentent un risque accru de développer des allergies au cours de leur vie. Il n’y a pas de mal à les appliquer même si personne dans la famille ne souffre d’allergies. En revanche, il peut être judicieux de prendre des mesures supplémentaires si des membres de la famille souffrent d’allergies particulièrement graves. Il est encore plus important de clarifier si des mesures supplémentaires sont nécessaires si l’enfant souffre déjà d’une maladie allergique, par exemple une neurodermatite, dans sa petite enfance. Dans ce cas, des examens allergologiques et une consultation spécifique avec un médecin ayant de l’expérience avec les enfants et les allergies sont souvent utiles.

Auteur
Dr. Roger Lauener
Allergologie, Hôpital universitaire pour enfants, Zurich

Laissez un commentaire

Inscription à la newsletter

Abonnez-vous à notre bulletin mensuel gratuit pour recevoir des nouvelles et des conseils sur les sujets de santé qui vous tiennent à cœur.